27 mai 2013

Les régiments d'infanterie de la Vienne

Avant le début du conflit, le département de la Vienne compte deux régiments d'infanterie.
Le 125éme Régiment d'Infanterie à Poitiers et le 32éme Régiment d'infanterie à Châtellerault.
Lorsque que l'heure de la mobilisation générale sonne, l'armée de réserve est alors appelé à venir soutenir l'armée active. Ainsi en fonction de son âge et de son temps passé au service de l'armée française, chacun se voit envoyé dans l'armée de réserve, dans l'armée territoriale, voire dans l'armée de réserve territoriale, ou bien sur continuer à servir dans l'armée active.
Poitiers et Châtellerault voient alors un nombre important de soldats de réserve (et d'engagés volontaires) venir servir le pays, il faut donc créer deux nouveaux régiments, le 325éme régiment d'infanterie et le 232éme.
  • La composition d'un régiment d'infanterie :
Globalement, chaque régiment se compose a peu près de la même façon, à part quelques rares exceptions.
Bien sur cette composition type a été énormément chamboulé tout au long du conflit et adapté en fonction des besoins et de l'urgence de la situation.

Un régiment se compose de 2 à 4 bataillons (majoritairement 3).
Chaque régiment est dirigé par un Colonel et son état-major. Chaque régiment dispose aussi d"une Compagnie Hors Rang (CHR) présente pour rendre différents services (les secrétaires, les maréchaux ferrant, les artificiers, les bouchers, les téléphonistes, les armuriers, etc...).
Le régiment dispose aussi d'un train régimentaire (TR) lui permettant de transporter les vivres,  les munitions, les outils et de quoi réparer du matériel, mais aussi de quoi soigner les hommes et les animaux....
On entend par TR un convoi composé d'énormément de fourgons, voitures et chevaux.

Le bataillon est commandé par un Commandant (un chef de bataillon) et se compose de quatre compagnies. Au même titre que le régiment, le bataillon dispose du nécessaire pour soigner, et ravitailler les hommes (en nourriture et en armes).
Une section de mitrailleuses accompagne aussi le bataillon.
Un bataillon représente en moyenne 1.000 hommes.

La compagnie est dirigée par un Capitaine. Elle est composée de quatre sections.
Celle-ci sert d'entité administrative aux soldats puisque c'est elle qui gère la nourriture des troupes (via des cuisines roulantes), la solde à remettre, ainsi que le paquetage du combattant.

La section est dirigée par un Lieutenant ou un Adjudant. Elle se compose de demi-sections.
L'unité se compose d'environ 60 hommes, c'est donc une véritable troupe de manoeuvre.

La demi-section est dirigé par un Sergent. Elle se compose de deux escouades.

L'escouade est dirigé par un Caporal, et est composée d'une quinzaine d'hommes. Cette unité n'a pas vocation à partir en manoeuvre en raison de son petit effectif, mais est indispensable pour gérer un petit groupe d'hommes quotidiennement. Petit groupe forcément uni dans l'adversité la plus totale....

Un régiment d'infanterie compte donc plus de 100 officiers, 3200 hommes et 170 chevaux !

  • Le 125éme Régiment d'Infanterie est composé (cliquer sur les images pour les agrandir)

 

 

  • Le 325éme Régiment d'Infanterie est composé (cliquer sur les images pour les agrandir)



  • Le 32éme Régiment d'Infanterie est composé (cliquer sur les images pour les agrandir)

 
 
 
 
 

  • Le 232éme Régiment d'Infanterie (si cher à l'ami Jeff) est composé (cliquer sur les images pour les agrandir) :



En 1915, un nouveau régiment sera même créé à Châtellerault, le 409éme Régiment d'Infanterie, dont la devise deviendra : "De ce perchoir point ne veux choir".
Il se compose :

 
 
 

Ces 5 régiments d'infanterie sont ceux implantés dans le département de la Vienne, mais cela ne veut pas dire que chaque soldat originaire de la Vienne a oeuvré dans l'un ou l'autre de ces bataillons.
Par ce blog, en dehors de la vie des soldats, j'essaierai aussi de retracer les grands épisodes de ces régiments à travers tout le conflit.
Viendra prochainement un article sur les Régiment d'Artillerie du département.

Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire des régiments et sur la Grande Guerre en général, je vous invite à consulter ces liens incontournables :
Si vous souhaitez avoir des précisions sur un point de l'article, où amener des précisions, où corriger une erreur que j'aurai écrite (errare humanum est), n'hésitez pas à me contacter ou à commenter !

4 commentaires:

  1. bonsoir,
    j'ai fait l'arbre généalogique de mon grand père paternel. un de ses oncles, Abel Simonnet, est mort pour la France en 1916. Il était né en Charroux. Sur Mémoire des Hommes, il est marqué qu'il faisait partie du 35e régiment d'infanterie, un régiment dont vous ne parlez pas apparemment...
    Laetitia Simonnet

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Laetitia,
    votre aieul a du commencé dans un régiment de la Vienne, mais au vu des pertes et des restructurations, il a du finir dans un autre régiment. Voila pourquoi il a finit au 35éme RI

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Fred
    J'essaie de comprendre le parcours des poilus du canton de Vouillé - et bizarrement sur les fiches matricules, au moment de la mobilisaiton, il est toujours fait mention du 125ème RI, jamais du 325ème RI, pour toutes les classes, même quand je retrouve mon poilu mort pour la France en septembre 1914 au 325ème. Je n'arrive pas à comprendre la logique de répartition, ni pourquoi le 325ème n'est pas mentionné. Si tu as une idée ....
    Brigitte

    RépondreSupprimer
  4. Alors si je comprends bien ta demande :)
    Le 125éme régiment est en fait "réservé" à l'armée active, donc les soldats qui sont en plein dans leurs classes militaires.
    Le 325éme est crée lorsque la mobilisation est déclarée pour recevoir tous le flux des soldats de la réserve, de la territoriale. Euh, j'ai été clair là ? :)

    RépondreSupprimer