lundi 26 novembre 2012

Le fusil Lebel

En décembre 1885, Jules GREVY, Président de la troisième République, est élu pour son second mandat. Dès le 7 janvier 1886, il nomme Georges BOULANGER, général au parcours mouvementé, au Ministère de la Guerre, connu plus sobrement aujourd'hui sous le nom de Ministère de la Défense.

Georges BOULANGER est très belliqueux et ne souhaite qu'une chose : la revanche de la France contre l'Allemagne qui priva le pays de l'Alsace et de la Lorraine quinze ans plus tôt.
Il applique alors une politique très offensive et dès sa nomination, il souhaite que l'infanterie soit équipée au plus tôt d'un nouveau fusil, pour remplacer le fusil "Gras" de 1873, du nom de son inventeur Basile GRAS.

C'est alors que le fusil Lebel fait son apparition. Il est développé depuis 1882 par le colonel Nicolas LEBEL. Cette arme à feu regroupe bon nombre de "trouvailles" inventées par d'autres officiers, parmi lesquelles :
  • Le magasin, qui permettait le chargement de 10 balles. Manuellement, le soldat devait évacuer la douille usagée et ainsi faire remonter du magasin la cartouche suivante qui était prête à faire feu. Fini le chargement balle par balle! Néanmoins, cela nécessitait un entretien régulier du fusil.
  • La poudre "B", dite "poudre sans fumée", qui apporte un plus grand confort au soldat qui n'est plus immergé dans un nuage de fumée après avoir tiré et permet plus de discrétion. Cette invention permet aussi de diminuer le calibre des balles de 11 à 8 millimètres.
  • La balle chemisée de Maillechort de 8 millimètres permet d'accroître la vitesse de tir, donc la portée. Le fusil Lebel a une portée de plus de 4.000 mètres et est encore meurtrière à 2.000 mètres.
  • Sa fameuse baïonnette "Rosalie" de 50 centimètres qui était bien plus qu'une simple lame, puisqu'elle avait une forme cruciforme, expressément conçue pour empaler l'ennemi et d'un geste bien réalisé déclencher une hémorragie interne mortelle. Le surnom "Rosalie" est en réponse au surnom "Jacqueline" du sabre des cavaliers.
Ce fusil semble révolutionnaire pour l'époque, mais comporte tout de même certains désavantages pour une guerre dans les tranchées. Son magasin de balles nécessite beaucoup d'entretien. Il est donc peu compatible avec la boue des tranchées.
La "Rosalie", bien que meurtrière, est elle aussi peu pratique dans le confinement d'une tranchée. Baïonnette au canon, le fusil Lebel atteint tout de même la taille d'1m80 pour un poids d'un peu plus de 4 kilos.

Les prototypes de ces fusils seront confiés à la manufacture d'armes de Châtellerault durant l'année 1886.
C'est le 1er mai 1887, que ce fusil est adopté officiellement. La production est ensuite confiée aux trois manufactures d'armes nationales (Saint-Etienne, Tulle et Châtellerault).

Ce fusil devient alors une fierté nationale, et l'heure de la revanche semble avoir sonné !

Il possède même sa petite chanson populaire.
(Issu du livre "Gaudrioles et Flons-Flons" de Henry Buguet)


LE FUSIL LEBEL (sur l'air de la Vie Parisienne d'Offenbach - acte 21)

C'est le joujou dont notre armée
Est si fière pour l'avenir.
De notre Patrie alarmée,
C'est l'espoir pour vaincre ou mourir!
L'Europe entière le convoite;
Il met tout le globe aux aguets!
Peu nous importe qu'on l'exploite,
Poudre et fusil sont nos secrets.
Le Lebel dégotte le fusil Gras, (bis)
Mais pour en armer tes soldats,
Guillaume tu te fouilleras! (bis)
 Il est loin le temps des alarmes
Où nous subissions les affronts,
En refoulant du poing nos larmes,
En baissant humblement nos fronts.
Nous avons le fusil, la poudre,
Des hommes tant qu'il en faudra,
Et, ma foi, s'il faut en découdre,
Gare à qui nous attaquera
Le Lebel dégotte le fusil Gras, (bis)
Mais pour en armer tes soldats,
Guillaume tu te fouilleras! (bis)
 En vain les espions tenaces
Sèment chez nous l'argent et l'or,
Que nous prirent vos mains rapaces,
Le secret reste nôtre encor.
Si le Chassepot fit merveille,
Le Lebel frappera bien mieux,
Sans bruit qui prévienne l'oreille,
Sûr comme la foudre des cieux
Le Lebel dégotte le fusil Gras (bis)
Mais pour en armer,tes soldats,
Guillaume, tu te fouilleras! (bis)
Renforcez vos hautes murailles,
Doublez d'acier trempé vos forts,
Quand viendra l'heure des batailles,
Vous compterez alors vos morts.
Nous avons suivi votre exemple,
Nous avons, selon votre loi,
A la Force construit un Temple,
La Force primera le Droit!
Le Lebel dégotte le fusil, Gras, (bis)
Mais pour.armer tes soldats,
Guillaume, tu te fouilleras (bis)

Une chanson sur un fusil, plus qu'un symbole de l'état d'esprit de l'époque !

Industriellement, dans la Vienne, la manufacture de Châtellerault emploie beaucoup d'ouvriers venus des quatre coins de la France dont notamment des femmes. Jusqu'à 8.000 ouvriers y travailleront durant la seconde guerre mondiale !


En 1914, la France compte plus de 2.8 millions de ces fusils, mais les pertes de matériels sont énormes dès le début de la Guerre, environ 40.000 fusils par mois ! On  imagine alors les cadences de production pour pouvoir armer les soldats au front.

En 1893, le Lebel reçoit quelques modifications et sera alors référencé «fusil modèle 1886-93».

***********************************************************************************
Source :
Deuxième image et la gravure "Châtellerault" :  http://www.bataillonsdechasseurs.fr/lebel.htm
Troisième image : la sortie des ouvriers : Archives départementales de la Vienne.
Merci à eux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire